Sondages et électoralisme seraient-ils les seuls ressorts de la vie politique française ?

Quand on discute des sondages relatifs à l’élection présidentielle 2012 parus cette semaine (entre le 6 et le 10 mars 2011), on focalise sur le trio de tête et son ordre d’apparition. Un peu comme au tiercé, on ne s’intéresse jamais aux chevaux « non classés ».

Et puis, on se fait peur en imaginant qu’il s’agit du résultat, alors qu’on sonde les intentions…

Au-delà, ce qui me frappe quand j’examine plus attentivement l’intégralité de ces sondages, c’est que le rapport de force entre les blocs est globalement de 56% pour la droite, et 44% pour la gauche !

Rapport de force entre la droite et la gauche à travers les sondages parus entre le 6 et le 10 mars 2011

Stratégie d’un éternel candidat

Il y a peu, on entendait dire que le problème principal de Sarkozy pour se faire réélire venait de sa réserve de voie. Il faisait le plein au premier tour (jusqu’à 30%) mais ne pouvait guère progresser au second. Il faut constater que cette thèse n’est plus exacte.

On entend dire que M. Sarkozy, par les débats qu’il a lancé ci-et-là, a joué à l’apprenti sorcier, et qu’il va s’en mordre les doigts, selon la formule du père Le Pen : les français vont préférer l’original à la copie.

Cette hypothèse, corroborées par les sondages de la semaine selon certains, s’expliquerait par le retour des déçus du sarkozysme vers une droite plus conservatrice.

Et si finalement Sarkozy avait ainsi trouvé le moyen de faire que ces voies ne partent surtout ni au centre (qu’il a laminé), ni à gauche (qui n’apparaît pas crédible), en espérant les mettre au frigo pour le second tour ?

C’est risqué, car il peut se retrouver écarté au premier tour. Mais en cas de qualification pour le second tour, il raflerait la mise.

La gauche n’est pas une alternative crédible

A gauche, l’alerte devrait être prise au sérieux. Non seulement la gauche a du retard, mais n’est-elle pas confrontée à une problématique de réserve de voie plus forte que M. Sarkozy ?

Car les sondages font également apparaître que parmi les français qui voteraient pour le FN, il y a beaucoup d’ouvriers ou d’employés, catégories pourtant promptes autrefois à voter à gauche.

Une partie de l’explication peut venir d’une tendance au conservatisme par la gauche, modérée, radicale ou extrême. Ainsi, sur les délocalisations, tout l’échiquier politique ne tient-il pas un discours unique ? Il me semble que tous les partis sont contre. On a finalement adopté la thèse de la « préférence nationale », de « l’emploi aux français ». Et ainsi voit-on des ex-membres du NPA ou de la CGT inscrits aux cantonales sur des listes FN !

Les discours anti-délocalisations, qu’on le veuille ou non, ont le même relent nationaliste que les discours de Le Pen dans les années 80, que dénonçaient pourtant alors les partis de gauche. Et là encore, les français pourraient préférer l’original à la copie. Mais, pour la gauche, il est peu probable que les voies FN se reportent sur elle au second tour, si toutefois elle se qualifie.

Sortir de la logique électoraliste

Cette situation est une conséquence directe et inévitable d’une logique électoraliste. Les sondages sont utiles pour donner des tendances. Quand ils deviennent le centre de la vie politique, et que les partis n’agissent, ou plus exactement ne réagissent, que dans l’espoir de confirmer, infléchir ou corriger une tendance, on ne pourra que rester dans ce marasme.

Cela aboutit à une perception uniforme par les français de « l’offre » politique (terme que je déteste, mais qu’il faut bien appeler ainsi puisqu’on est dans une logique de marketing, hélas !), ce qui a tendance à les orienter vers le rejet plus que vers l’adhésion.

Ceci est connu. Je n’énonce là rien de subtilement nouveau.

On pourrait espérer que les politiques de tout bord ne s’alignent pas toujours sur la réalité, qu’ils soient moins fatalistes, qu’ils ne passent pas leur temps à dire : « ce n’est pas possible ».

Mais la logique électoraliste les rend peu enclin à l’audace, et quand audace il y a, elle est souvent raillée par les appareils, qui cherchent toujours soit à assimiler, soit à discréditer.

Étiquettes : , , , , ,

About JeffRenault

Simple citoyen du monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :