Archive | Lecture RSS for this section

« Les secrets de la monnaie » de Gérard Foucher

« Les secrets de la monnaie » de Gérard FoucherJe ne voudrais pas terminer l’année sans te faire part d’une de ma plus enthousiasmante lecture de 2012.

Pour tout vous dire, je crois que l’expression « tombé de l’armoire » est approprié à l’effet que m’a fait ce livre, c’est dire !

« Les secrets de la monnaie » est un livre que je ne saurai trop vous conseiller de lire tant il porte en lui une vérité insoupçonnée.

Bien entendu, j’ai conscience que le titre de l’ouvrage pourrait en rebuter plus d’un.

Comment ? Un livre d’économie ? Il a pété un plomb Jeff à trouver ça « enthousiasmant » ?

Et c’est vrai, de prime abord, un sujet aussi pointu et complexe que la monnaie, il faut bien le dire, ça n’a pas de quoi nous donner envie d’avaler 290 pages, dont on subodore par avance qu’elles sont pour le moins indigestes pour les non-initiés à la science économique.

Là où ça devient intéressant, c’est que Gérard Foucher n’est pas un économiste. C’est un citoyen comme vous et moi. Un frère humain épris de Justice et de Liberté, qui ose se pencher sur un sujet aussi complexe pour nous le décrypter et nous l’expliquer dans nos mots à nous.

Car oui, son tour de force est là : nous faire comprendre dans une langue compréhensible par vous et moi ce qu’aucun expert de la monnaie n’est capable de faire, tout embourbé dans son jargon et son implicite.

Je ne vais pas vous faire ici un résumé du livre. Je crois qu’il faut lui laisser son mystère pour vous permettre de suivre le parcours jusqu’à la compréhension. Je voudrais simplement vous faire percevoir l’impact qu’il a eu sur moi.

Jusqu’à présent, par un itinéraire de recherche d’informations et de construction toute personnelle d’une compréhension des dysfonctionnements de notre société, j’étais assez convaincu par Etienne Chouard quand il affirme que la cause des causes est la rédaction d’une nouvelle constitution.

Désormais, sans remettre aucunement en cause l’approche d’Etienne Chouard, je suis pourtant convaincu que la cause des causes est la réappropriation de la monnaie. Et pour une simple raison : le livre de Gérard Foucher me fait percevoir à quel point il serait vain de changer la constitution sans changer notre code monétaire. Et qu’en dernière extrémité, il m’apparait qu’une réforme monétaire pourrait se révéler efficace même sans réécrire la Constitution (ce qui ne signifie pas que je renonce à un changement de la Constitution).

Je comprends que ces affirmations ont de quoi t’étonner toi qui lit ces lignes. Je le comprend d’autant mieux qu’avant la lecture du livre de Gérard Foucher j’aurais sincèrement trouver une telle affirmation complètement incongrue, et pour tout dire sans doute farfelue.

Voilà pourtant où j’en suis arrivé après ce livre si passionnant, qui vous fera aussi comprendre :

  • pourquoi nous sommes dans la crise actuelle et combien elle était inéluctable (et donc totalement prévisible)
  • à quelle point la dette est une absurdité sans consistance, simple palliatif à un manque structurel de monnaie
  • comment les peurs et aprioris des experts et des politiques sont révélateurs d’une incompréhension ou d’un aveuglement dogmatique
  • comment la monnaie peut nous mener vers le totalitarisme ou la démocratie selon sa nature même
  • comment la monnaie peut permettre de régler les défauts de la mondialisation et les dégâts causés à l’environnement si elle est bien « pensée »

Vraiment, ce livre est un « must read ». Les étudiants en économie et nos « représentants » devraient tous le lire. Bon, tant pis s’ils ne le font pas, mais toi, ne rate pas ce petit bonheur 🙂 Tu peux te procurer « Les secrets de la monnaie » »»» ICI

Tant qu’on y est, à l’occasion, je t’invite à visionner le MINI-SHOW de Gérard Foucher : des pépites !

Allez, passe une bonne fin d’année 2012, et que 2013 te soit douce et généreuse 🙂

Fiche de lecture : « L’agrégateur » de Jérôme Vuittenez

Jérôme Vuittenez est un auteur de romans et de pièces de théâtre qui s’auto-édite. Ses oeuvres sont disponibles en version numériques gratuitement ou en version papier à prix coûtant sur le site lulu.com.

J’avais déjà eu l’occasion de lire un premier livre de Jérôme Vuittenez, « Liberté cryptée », que j’avais bien apprécié. Alors quand l’occasion s’est présentée, j’ai été ravi de pouvoir de nouveau me plonger dans sa prose.

Le style de Jérôme est fluide. C’est très agréable à lire. En réalité, ça se dévore tellement on est captivé. Certes, l’intrigue et son suspens y sont pour quelque chose. La trame policière, la découverte progressive des événements, les rebondissements… entretiennent habilement notre envie de passer au chapitre suivant.

Mais pour ce qui me concerne, ce sont ses personnages qui me captivent. Jérôme les construit peu à peu au fil des lignes, et les rend très attachants, notamment le héros.

Bien sûr, il y a des facilités. Et dans « L’agrégateur », qui est son quatrième roman, Jérôme reprend des ficelles déjà employée dans son premier, « Liberté cryptée » que je venais de lire. Aussi, la réutilisation des mêmes ressorts (amnésie, évasions) est un peu décevante.

Le summum de la « grosse ficelle » est quand le protagoniste principal retrouve un élément de sa mémoire en se détendant sur un banc. Si encore il s’agissait d’un élément principal de sa vie ! Mais non, il n’est que secondaire (mais essentiel pour la poursuite de l’intrigue).

Malgré tout, ces facilités sont pardonnées très vite à l’auteur car on lui sait gré de nous tenir en haleine jusqu’à la toute fin.

Ce livre m’a fait penser davantage à un scénario qu’à un livre. Je le trouve construit comme un film d’action. Ce qui pour moi rapproche plus Jérôme du style scénaristique que romanesque. On imagine fort bien les images et les scènes d’actions au fil de sa lecture.

J’ai particulièrement apprécié que l’intrigue mêle des épisodes distincts dans le temps de la vie du héros. Vous pouvez ainsi lire un chapitre qui se déroule dans le présent, alors que le suivant décrit un passage de l’enfance du héros. C’est probablement par ce procédé que Jérôme nous fait connaître ses personnages et nous les rend attachants.

Un autre aspect très captivant est que Jérôme a inscrit l’intrigue dans la réalité avec des personnages réels de la vie politique et des événements s’y rapportant telle les élections de 2007. Ainsi, nous nous replongeons nous-mêmes dans notre expérience personnelle de ces événements, et, d’une certaine manière, avons l’impression d’être l’un des figurants de l’intrigue.

Je ne révèle volontairement pas d’éléments constitutifs de l’histoire, car il me semble que cela nuirait au plaisir procuré par la découverte progressive des personnages et des événements. Je peux en revanche vous confier que le livre aborde des thèmes qui me sont chers comme la création monétaire, l’information de masse et les élections.

Pour conclure, si vous voulez passez un bon moment, n’hésitez pas, « L’agrégateur » ne vous décevra pas.

%d blogueurs aiment cette page :